Retour

Enquête de pré-embauche

Enquête de pré-embauche

La première préoccupation d'un dirigeant doit être la confiance totale qu'il peut avoir en chacun de ses salariés, qui sont le moteur de l'entreprise et de sa croissance.

Le recrutement représente un pari sur l'efficacité future d'un individu. Si les dirigeants s'assurent contre une grande partie des risques inhérents à leur activité, aucune assurance n'existe contre la traîtrise, la tromperie, et un mauvais recrutement.

Un mauvais recrutement peut s'avérer désastreux pour une entreprise. Outre la dégradation du climat d'entreprise et des performances de chaque salarié, un mauvais recrutement peut coûter très cher financièrement.

Effectivement, plusieurs études ont estimé le coût d'un mauvais recrutement :
Ces chiffres sont tirés d'une étude réalisée par Resoomay et publiée par Recruiter.com. Elle met en image les évaluations, faites par différentes études, des conséquences financières - directes et indirectes - d'une embauche malheureuse.

 

- Coût d'une embauche : 44 140 € + frais de formation

- Coût d'un licenciement : 32 semaines de salaire + Frais d'avocats, de procédure, et les dommages & intérêt (*1)

En somme, un mauvais recrutement peut coûter à l'entreprise jusqu'à 638 573 €. (*2)

Ces chiffres prennent tout leur sens lorsqu'on sait que - de nos jours - 40% des professionnels mentent sur leur CV, et que 36% des CDI sont rompus avant la première année (selon la DARES).

 

* En bleu, les CV honnêtes.

Notre agence vous propose donc d'encadrer vos recrutements en effectuant un travail poussé sur chaque postulant.

 

Vérification de CV point par point :

- Date et lieu de naissance - Adresse

- Situation familiale

- Diplômes

- Antécédents professionnels (Expérience, responsabilités, salaires, satisfaction employeurs, etc...)

 

Enquête de moralité & de réputation :

- Références des derniers employeurs

- Références des derniers propriétaires

- Dossier de crédit

- Antécédents judiciaires

- Comportement à l'extérieur de l'entreprise - Fréquentations extérieures

- Congés maladie douteux

- Réputation

- Centres d'intérêt & hobbies

 

Vérification de la compatibilité et qualités requises pour le poste :

- Compétences (langues parlées, etc.)

- Centres d'intérêt (loisirs, politique, association en tout genre, etc.)

- Ses réelles motivations et intentions quant à son futur employeur

- Loyauté vis-à-vis de l'employeur

 

(*1) Le coût moyen d'un licenciement en France s'élève en moyenne à 32 semaines de salaire, auxquelles on peut ajouter les frais d'avocats, de procédure, et les dommages & intérêts dus au salarié à la suite d'une procédure prud'homale.

(*2) Un recrutement raté peut coûter très cher à une entreprise. Différentes études ont évalué les conséquences financières - directes et indirectes - d'une embauche malheureuse :

- L'addition des coûts d'une embauche, des salaires, de la dégradation de la performance des équipes (par la présence d'un élément "perturbateur"), des indemnités de licenciement, des erreurs, échecs et opportunités manquées aboutirait, pour un cadre moyen, à un coût total de 638 573 euros (Ce chiffre varie selon la nature et le secteur d'activité de l'entreprise).

- Le retour sur investissement (ROI) négatif serait de quasiment 300 %.

- Parmi les salariés qui sont en relation avec leurs managers, clients ou collègues en dehors des heures de bureau, 44% se disent fortement surchargés de travail. L'infographie insiste donc sur ce coût - difficile à évaluer financièrement, mais bien réel et potentiellement dévastateur : un recrutement raté pèsera sur les autres salariés, qui devront travailler plus pour compenser la moindre productivité. "Lessivés", ceux-ci risquent à terme d'entamer l'image de l'entreprise, ou risquent de vouloir quitter l'entreprise, ce qui entraînera des coûts de licenciement non-négligeables.

 

« La qualité d'une entreprise n'est autre que celle des individus qui la composent. »
Ray KROC

Prenez contact
La mission d'un détective ...
« Recueillir, même sans faire état de sa qualité ni révéler l’objet de sa mission, des informations ou renseignements destinés à des tiers, en vue de la défense de leurs intérêts. »
Article L621-1 du Code de la Sécurité Intérieure